Breizh Formation

Nos actualités

Actualités

Décrochage scolaire : enseignement à la carte ou uniformisation en classe ?

Le jour du lancement de Breizh Formation (les deux événements ne sont bien entendu pas liés), l'association ZupdeCo a publié un manifeste réclamant de ne plus donner de travail à la maison aux étudiants car cela défavorise les jeunes issus de familles moins "favorisées". Cette information a été relayée par de nombreux médias depuis hier matin.



Au contraire, nous pensons qu'une telle pratique va aggraver la situation : les jeunes issus de familles favorisées vont toujours apporter de la connaissance en plus à leurs enfants. Mais les horaires limités et les programmes surchargés font que les professeurs n'auront pas davantage de temps pour donner des exercices. Autrement dit, tout ce qu'il restera à ces jeunes moins favorisés sera l'apprentissage par cœur sans application, et donc conserver la culture de sanction de l'erreur par les notes. Aucune adaptation personnalisée ne sera possible non plus du fait des classes surchargées, malgré toute la bonne volonté des enseignants.


Autre erreur, l'association ZupdeCo part de l'idée que le décrochage scolaire est du à l'environnement familial (moyens financiers et culturels) sans prendre en compte les potentielles causes issues d'un traumatisme ou d'une différence génétique.


Le modèle de parrainage en binôme de ZupdeCo n'est pas une mauvaise idée mais reste insuffisante. Proposer une aide aux devoirs ne permet pas d'avoir des cours et des projets complets adaptés à chaque élève. Le problème de l'uniformisation en classe reste présent alors que les jeunes en décrochage ont besoin de sortir de ce cadre. C'est aussi à cela qu'aspirent les enseignants. Ce n'est pas par plaisir qu'ils donnent des devoirs à la maison mais par nécessité face au manque de temps en classe.


De plus, le concept des devoirs à la maison permet de favoriser la mémoire à long terme : les élèves ne se contentent pas de faire des exercices sur ce qu'ils viennent de voir en cours. Ils le font après une pause, soit de quelques heures soit de quelques jours. La capacité d'adaptation et de réutilisation de données apprises s'en trouve renforcée.


A l'inverse, l'idée fondatrice de Breizh Formation est de redonner le goût d'apprendre. En faisant la promotion de la prise de risque et de l'action plutôt que de sanctionner les erreurs et les échecs, il devient plus facile de sortir les élèves du décrochage scolaire à partir d'un enseignement à la carte, adapté et en leur faisant découvrir les joies de la réussite par l'expérience plutôt que par le par cœur.


Quelle méthodologie est la plus efficace pour lutter contre le décrochage scolaire selon vous ?


Vaut-il mieux interdire les devoirs à la maison pour assurer plus d'uniformité sociale ?


Ou bien faut-il prendre en compte les différences de chaque élève par une formation à la carte et la prise en compte des difficultés individuelles au cas par cas ?


Vous pouvez partager avec nous votre point de vue à ce sujet sur nos pages Facebook et Twitter !

#ZupdeCo